Vous n’avez pas pu les rater, ces affiches placardées depuis peu dans les villes, exposant la collection « Nouvelles Icônes » de H&M. Mannequins filiformes, visages atypiques, style black and white sexy. Rien de très fracassant si ce n’est cette accroche « nouvelles icônes » qui a plus attiré mon indignation que mon attention.

Petit à petit, les publicitaires associent les femmes « rondes » (c’est à dire celles qui ne font pas du bonnet A ou qui portent au delà d’une taille 34) à leurs campagnes, sans pour autant que cela ait l’air d’être indifférencié du reste [ici] ou [là]. La lutte contre la dictature de la taille de guêpe est encore loin d’être gagnée et bien que Rome ne se soit pas faite en un jour, cette dernière campagne H&M marque, à mon sens, un retour aux bonnes vieilles habitudes.

JoanPour Joan Smalls, le mannequin portoricain du quatuor de la collection d’H&M, une icône c’est “une légende vivante ayant une histoire qui a laissé une empreinte dans tout ce qu’elle a fait”. D’accord. Rajoutons tout de même qu’une icône sert d’emblème et de modèle à une part importante de la génération dans laquelle elle s’inscrit. Mesdames, Messieurs les stylistes et créatifs d’H&M, je vous prie donc de m’excuser pour la question qui va suivre mais : pensez-vous vraiment qu’il faille que les filles et femmes « branchées » aient envie de s’identifier à vos auto-proclamées icônes Daphne, Joan, Lindsey et Liu Wen ?

Vos mini-robes, mini-shorts, mini-jupes (pour ne pas dire mini-mini) sont importables pour 90% de la population féminine, autant du point de vue physique qu’esthétique. « Les super-modèles dont le style et la personnalité ont inspiré la collection phare de cette saison » sont une fois de plus les instruments de la machination diabolique orchestrée par les géants de l’empire de la mode pour une emprise toujours plus grande sur le cerveau malléable des jeunes proies fashion-obssessed. Qu’on en soit conscient(e)s ou pas, on est toujours influencé(e)s par ces styles qu’on exhibe aux quatre coins de la ville (pourquoi croyez-vous que cette campagne a fait scandale à l’époque ?) et j’en deviens malade de cette dictature du « nous avons décidé que le blond platine était absolument in assorti à des sourcils bruns bushy » ET CETERA. S’il vous plaît les filles, ne soyez pas les pantins de ce qu’on dicte à notre inconscient !