Pour ceux qui auraient passé les quatre derniers mois sur Mars, le tie & dye c’est tout simplement LA tendance capillaire du moment : une base naturelle plutôt foncée et des pointes décolorées. Mouvement qui s’est inévitablement répandu en masse ces derniers mois et dont l’initiatrice est Daphné Bürki, co-animatrice du Grand Journal de Canal + (pour ceux qui vivraient sur Pluton depuis quelques années).

daphnc3a9-burki-1

Je ne saurais nier que j’ai moi-même été touchée par l’épidémie. Plus inspirée par un effet grunge bicolore, j’échappe presque au mouvement en ne me déteignant que la partie inférieur de ma chevelure. A l’époque le terme tie & dye n’est pas très répandu mais on trouve plutôt celui de « ombré hair », employé par les blogueuses mode/beauté anglophones. Et c’est donc principalement grâce à (ou à cause de ?) Daphné Bürki, sur qui les jeunes filles ont petit à petit pris l’exemple, que le tie & dye s’est développé en France.

Il faut dire que l’idée est astucieuse : les pointes décolorées nous rappellent l’été quand nos cheveux sont brûlés par la mer et le soleil, ça nous illumine le visage, nous donne bonne mine… Quand elles sont bien faites. Car en effet, toute tendance a ses limites et on peut s’apercevoir, en marchant dans la rue, que le tie & dye a dépassé les siennes il y a quelques temps déjà. Si l’on suit les sens premiers de “tie” (liaison/noeud) et “dye” (teinture) ou même de ombré hair, l’idée est de créer une liaison entre la nuance foncée et la claire (comme pour les T-shirt customisés dont la technique de teinture a inspiré le nom). Au commencement donc, au jardin d’Eden des capillus, vivaient en harmonie brun et blond, se mêlant avec complicité dans un dégradé astucieux et discret. Mais en l’an 2013, tout bascule et le paradis du tie & dye tombe en ruine !

tie-and-dye-Leighton-MeesterA l’image des fausses lunettes de vue Ray Ban® à la Woody Allen dont le port s’est répandu depuis 2009, le tie & dye peut s’avérer dangereux pour la santé de votre image. Démarcation trop nette, trop hautepas assez décolorée, jaunâtre,sans dégradé… tous ces détails ont peut-être l’air insignifiant hors contexte, mais quand on a affaire à un mouvement d’aussi grande ampleur,à la vue de certains fashion faux-pas on aurait presque envie de se réfugier dans un abri anti-nucléaire.

A trop vouloir être in on finit par être… out et à frôler le ridicule. Adapter la mode et les tendances à son propre style, sa morphologie, ses goûts, est donc plus que primordial pour éviter les dérapages et finir par faire la différence, voire même créer la prochaine tendance. Un mot d’ordre : subtilité.