Née en 2001, la télé-réalité a très vite atteint son apogée grâce aux émois nautiques entre le beau Jean-Edouard et la bimbo Loana. Pourtant, plus de 10 ans après la télé-réalité est devenue victime de son succès et de ses excès.

 
les angesLa chaîne télévisée Nrj 12 en est d’ailleurs la preuve numérique. Pauvres en contenu mais riches en audimat les programmes de la chaîne sont pour la plupart issus de la télé-réalité . Nrj 12 compte à son actif environ 33 émissions axées autour du même concept télévisuel : filmer des anonymes ou des célébrités dans leur quotidien. Certains de ces programmes sont même devenus cultes comme Hollywood Girls ou encore les Anges de la Télé-réalité.

A force de vouloir des candidats toujours plus incultes et des bimbos toujours plus plastifiées, la télé-réalité est en train de puiser dans ses ultimes ressources, face à un public qui risque de devenir las devant tant d’absurdité. Avec la télé-réalité l’Histoire de France devient même comique ! On apprend par exemple que « Henri IV a été guillotiné », ou bien que « Picasso a peint La Joconde ».. A méditer et à potasser !

Si à l’époque de Loft Story certains transformaient déjà la grammaire et l’orthographe de notre chère langue de Molière, c’est à Nabilla que Bernard Pivot devrait décerner la victoire des Dico d’or. En l’espace de quelques jours seulement elle a réussi à incarner l’image de la bimbo par excellence pour les uns, un modèle à suivre pour les autres.

Sa fameuse réplique « Non mais Allo quoi ! t’es une fille et t’as pas de shampoing ? » a envahi le web, la télévision, la presse jusqu’à devenir une marque déposée à l’INPI (Institut National de la Propriété Intelectuelle). La question est de savoir comment Nabilla peut intéresser à ce point les médias ?

Une réponse toute simple : l’audimat et l’argent.
Une émission en chute d’audimat comme le Grand Journal la reçoit au même stade que tout autre légende artistique et la présente comme étant « le phénomène de sa génération ».

Nabilla c’est aussi une pleine page sur Libé et une Une chez Charlie Hebdo. Le constat est clair : elle serait « utile » à l’audience. Malheureusement le message véhiculé aux jeunes filles n’en devient pas moins superficiel et sans grand jugement de valeur. Si les débats autour de Nabilla font du bruit et remettent en cause la crédibilité de la télé-réalité, il est évident que la mort du jeune Gérard Babin, candidat à Koh-Lanta ne lui permettra pas de sortir la tête de l’eau.