Les élèves qui regardent fréquemment les programmes de téléréalités ont de moins bonnes notes, selon une étude de l’Éducation nationale. 

Nabilla

La téléréalité est le loisir qui a l’influence la plus négative sur les performances scolaires des adolescents. C’est la conclusion d’une enquête très officielle menée en 2011 auprès de 27.000 collégiens de troisième par la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), qui dépend du ministère de l’Education nationale, relayée par Le Figaro lundi.

Le résultat est sans appel. Parmi les différents loisirs testés, comme l’usage du téléphone portable, la lecture ou les jeux vidéo, « c’est le visionnage très fréquent des programmes de téléréalité (et également les séries romantiques) qui a l’impact le plus négatif sur les performances cognitives et scolaires, de -11% pour les maths à -16% pour les connaissances », note le compte-rendu de l’enquête réalisé par le site des Cahiers pédagogiques.

Concrètement, les élèves accros à Nabilla et autres Secret Story ont donc, en moyenne, des résultats plus faibles que les autres, et notamment par rapport à ceux de leurs camarades qui ont l’habitude de lire régulièrement. « Traduit en note scolaire traditionnelle, un élève moyen qui lit beaucoup aurait une note de 14 sur 20 », note le compte-rendu, « alors qu’un élève qui est « accro » à la téléréalité aurait 8,4 sur 20″. Notons au passage que les filles regardent plus les émissions de téléréalité que les garçons (83% contre 65%).

En revanche, jouer à des jeux vidéo d’action, une pratique qui concerne 44% des élèves, n’aurait pas d’impact, ni positif ni négatif, sur les performances scolaires. Les téléphones portables et Facebook n’auraient qu’une incidence minime. La lecture est le loisir le plus bénéfique, avec un effet positif notable sur la compréhension et surtout l’acquisition de connaissances.

 

Sources: Europe1.fr