L’acteur américain Robin Williams est décédé à son domicile et se serait suicidé, a indiqué lundi la police.

Comedian Robin Williams reacts after receiving the Stand Up Icon Award during the second annual 2012 Comedy Awards in New York

Dès l’annonce de sa mort, le président américain lui même a rendu hommage à un « docteur, un génie, une nounou, un président, un professeur, un Peter Pan virevoltant ». L’acteur américain Robin Williams est décédé à son domicile et se serait suicidé, a indiqué lundi la police. Dans un communiqué, la police de Marin County, en Californie, a expliqué qu’un « sujet mâle a été prononcé mort à 12h02, identifié comme Robin McLaurin Williams, 63 ans, résident de Tiburon, en Californie » et que la cause suspectée du décès serait « un suicide par asphyxie ». Que retiendra-t-on de lui ? Une répartie et un jeu extraordinaires, que l’on vous fait revivre en quelques scènes cultes.

 

Robin Williams a été nominé pour un Oscar et pour un golden Globe grâce à son rôle de professeur de lettres anglaises John Keating, passionné de poésie. Le film a lui-même été en lice pour l’Oscar du meilleur film, et a remporté celui du meilleur scénario. Le film a notamment remporté le BAFTA au Royaume-Uni ainsi que le César du meilleur film étranger en France.

C’est l’un des rôles les plus emblématiques de Robin Williams, où il incarne un père séparé de son épouse qui se transforme en gouvernante âgée pour être près de ses enfants, à l’insu de tous. Il a remporté entre autres un Golden Globe ainsi qu’un American comedy award récompensant l’acteur le plus drôle, le Kid’s choice award. Le long-métrage a également décroché le Golden Globe du meilleur film et l’Oscar du meilleur maquillage. L’acteur devait jouer dans une suite de « Madame Doubtfire » mais le projet a été annulé à la suite de l’annonce de son décès.

l incarne l’animateur radio Adrian Cronauer, un DJ chargé de distraire les forces américaines basées au Vietnam au milieu des années 1960. Il a été nominé pour l’Oscar du meilleur acteur, et a remporté le Golden Globe.

A l’autre bout du spectre dramatique, Robin Williams a aussi incarné les personnages les plus noirs et torturés, comme le tueur en série de « Insomnia » ou le gérant de photomaton maniaque qui harcèle une famille dans « Photo Obsession ». Lundi soir, des fans avaient commencé à déposer des fleurs en sa mémoire sur son étoile de Hollywood Boulevard. Adulé dans le monde entier, il était aussi très aimé dans l’industrie du cinéma, où les commentaires décrivaient immanquablement un homme « doux », « adorable », amenant toujours le sourire aux lèvres de ceux qu’il rencontrait. Lorsqu’il a été opéré du cœur en 2009, ses médecins et infirmières ont ainsi raconté qu’il avait commencé à les faire rire deux heures à peine après être sorti de l’intervention.

Derrière le rire, l’acteur luttait contre de nombreux démons. Son attachée de presse a révélé lundi soir, après l’annonce de sa disparition (probablement un suicide), qu’il affrontait une « grave dépression ». Il avait parlé publiquement de son combat contre les drogues et l’alcool et avait fait plusieurs cures de désintoxication. Ce bourreau de travail, qui avait encore trois films en post-production pour les quelques mois à venir, avait avoué être retombé dans l’alcoolisme pour tenir face à son rythme de travail. Il ne perdait jamais le sens de l'(auto)dérision: « La cocaïne est une manière pour Dieu de vous faire comprendre que vous gagnez trop d’argent », avait-il notamment déclaré.

 

Source: Europe 1