Les trois initiales qui secouent le rap français: MHD. Il a popularisé l’Afro-trap, ce rap festif aux sonorités africaines assumés, largement adopté par le public. Son premier album est dans les bacs ce vendredi. Une sortie qui s’accompagne de concerts pour découvrir sur scène le phénomène.

Mohamed Sylla, un Parisien de 21 ans, cumule depuis l’été 2015 des dizaines de millions de vues sur Youtube avec des vidéos tournées dans la cité populaire du XIXe arrondissement où il vit. Musiques trépidantes, flow énergique et chorégraphies « stylées », ses clips lui ont ouvert la porte des maisons de disques, Universal en l’occurrence, avec un premier album dans les bacs ce vendredi pour ne pas laisser retomber le « buzz ». Cette sortie s’accompagne de concerts pour découvrir sur scène le phénomène, récemment vu en première partie du poids-lourd du hip hop français Booba : jeudi soir dans la région bordelaise, vendredi à la Maroquinerie, à Paris, et samedi au Printemps de Bourges lors d’une soirée rap qui affiche complet.

« A la base, c’était un petit délire pour mes abonnés sur Facebook, je devais en avoir une trentaine… C’était il y a six mois ! Tout va très vite »

MHD

Le jeune-homme vivait en livrant des pizzas avant de se lancer dans l’Afro-Trap. Ses vidéos sont devenues virales : près de 60 millions de vues en cumulé pour ses clips, célébrant « la moula » (l’argent ou le cannabis, selon les interprétations), le football à travers la « Champions League » et incitant à « faire le mouv », un pas de danse de son invention que les joueurs du PSG ont adopté dans les vestiaires. Mis en ligne le 1er avril, son dernier clip « Roger Milla » affiche déjà plus de 3,5 millions de vues.

Pour chacun de ses titres, MHD s’appuie sur un « gimmick » efficace et développe quelques chorégraphies simples et festives qui assurent le succès de ses vidéos. « Le côté afro de ma musique passe par les mots que j’utilise, avec des expressions venues d’Afrique de l’Ouest comme Laisse les kouma, qui veut dire laisse les parler et aussi par le côté danse« , explique le rappeur né en Vendée d’une mère sénégalaise, qui travaille dans la restauration, et d’un père guinéen, parti en retraite au pays.

De l’ouest de la France, il a gardé une affection pour les Girondins de Bordeaux, son club de coeur mais c’est à Paris qu’il a passé son enfance, avec ses deux frères et ses deux soeurs. Il a décroché un BEP dans la restauration mais a été rattrapé par la musique à l’adolescence, à l’écoute « d’instrus » sur internet. Il a d’abord accompagné un collectif de rappeurs de sa cité sans grand succès. Il a fallu attendre l’été 2015 pour qu’il trouve son style, en rappant sur une musique d’un duo nigérian dont il est fan, P-Square.

Depuis, les clics pleuvent, comme les propositions : le rappeur se fait composer des « instrus » sur mesure avec parfois ces balafons ou ces koras qu’il affectionne. Avec ce premier album, MHD doit prouver qu’il n’est pas seulement un phénomène « internet ». Les fans retrouveront ses fameuses « afro trap » mais ils découvriront aussi une palette plus large avec des chansons parfois plus calmes et quelques invités de marque, comme la Béninoise Angélique Kidjo et « el maravilloso » congolais Fally Ipupa.

e55beb13d8248ba08407d002a3efd239.1000x1000x1

Source: France TV Info