Cœur de Pirate a annoncé dans un texte bouleversant être « queer » après les attentats d’Orlando. Elle vient également de confirmer qu’elle se séparait du père de sa fille.

Béatrice Martin, alias Cœur de Pirate, a fait son coming-out après la fusillade homophobe d’Orlando, survenue le 12 juin dernier, au cours de laquelle 49 personnes ont perdu la vie. Un événement qui a été pour elle comme « un coup de poing dans le ventre ». En réaction, la chanteuse a expliqué qu’elle était « queer » dans un texte bouleversant en forme de plaidoyer contre l’homophobie sur Noisey, le site musical de Vice.

L’interprète de Comme des enfants a eu le déclic en découvrant les nombreux soutiens envers la communauté LGBT sur Twitter. La chanteuse canadienne de 26 ans s’est sentie « hypocrite ». « Aujourd’hui, je fais mon coming-out en tant que queer, parce que je ne peux plus avoir peur de ce que les gens pourraient penser de moi, écrit Cœur de Pirate. Je fais mon coming-out pour ma fille qui a besoin d’apprendre que l’amour n’a ni race, ni religion, ni genre, ni orientation. »

Dans cette lettre ouverte, elle livre son premier souvenir amoureux, avec une camarade de classe, alors qu’elle avait 6 ou 7 ans. Si, en grandissant, elle s’installe dans une vie hétérosexuelle par « peur d’être rejetée », elle décide aujourd’hui de rejeter cette vie « d’imposture ». Après son coming-out, nombreux ont été les fans à l’interroger sur sa vie privée. Et à la chanteuse de répondre que non, elle n’est plus en couple avec le père de sa fille.

Cœur de pirate, sur Instagram et Twitter, apporte quelques précisions à ces récents changements. Elle tient tout d’abord à bien faire comprendre qu’elle aime « tous les êtres humains », sans distinction de genre. Et explique ensuite sur Instagram, par une photo du père de sa fille et de cette dernière, qu’ils sont restés proches et se soutiennent mutuellement : « À jamais reconnaissante envers Alex Peyrat, qui est le meilleur père qui soit pour Romy, et était le premier à remarquer que je changeais. Il m’a toujours soutenu pour ce que je faisais et qui j’étais. Nous avons eu une relation unique, et je sais qu’on veillera toujours l’un sur l’autre. »