La 68e cérémonie des Emmy Awards a été rythmé par un « Trump bashing », le record de « Game of Thrones », sans oublier l’humour communicatif de Jimmy Kimmel.

La présidentielle américaine, autre gagnante des Emmy Awards 2016 ? C’est bien ce qui ressort de cette 68e cérémonie, quelques semaines avant le début des élections. Tout au long de la soirée, résolument placée sous le signe de l’humour, le présentateur Jimmy Kimmel et de nombreuses personnalités se sont moquées de Donald Trump. Le candidat malheureux Jeb Bush a de son côté fait une apparition très applaudie, tandis que l’actrice Leslie Jones (S.O.S Fantômes), harcelée et humiliée sur les réseaux sociaux a pris sa revanche sur ses détracteurs.

Le palmarès des Emmy Awards a beau être sans surprise, la cérémonie n’est pas moins boudée par le public (et les stars). Cette soirée des « Oscars du petit écran » a bien évidemment récompensée Game of Thrones, devenu unvéritable phénomène dès la première saison en 2001. Mais, il n »y a pas que les dragons et le royaume de Westeros qui ressort auréolée de gloire. L’actrice Julia Louis-Dreyfus (Veep) a remporté son 5e Emmy consécutif. Loin de prendre la grosse tête, l’actrice a préféré se moquer ouvertement de Donald Trump. (Re)découvrez les meilleurs moments de cette 68e cérémonie.

1. Le Trump bashing à l’honneur

Jimmy Kimmel, célèbre animateur et humoriste américain a fait fort. Dès laséquence d’ouverture Donald Trump en prend pour son grade. L’animateur se balade de séries en séries dans une vidéo, en distillant des piques au candidat républicain. Surprise et rires lorsqu’on découvre que sa limousine est conduite par Jeb Bush, le candidat lésé de la primaire républicaine et cible favorite de Donald Trump. Jimmy Kimmel s’est ensuite payé la tête de Marc Burnett, le créateur de The Appendice, la série où Donald Trumpdevait choisir et/ou virer les candidats qui postulaient pour travailler à ses côtés, en 2004. « Grâce à lui, on n’a plus besoin de télé-réalité, notre quotidien est de la télé-réalité. Vous comptez placer ensuite Miley Cyrus à la Cour Suprême ? Je le dis haut et fort maintenant, si Trump est élu et construit son mur, la première personne que l’on jettera par-dessus, c’est Marc Burnett ».

Même technique pour Julia Louis-Dreyfus (Veep), fervente supportrice d’Hillary Clinton. L’actrice a commencé son discours en s’excusant »personnellement de la situation politique actuelle ». Quant à Aziz Ansari(Master of None, meilleur scénario), il a déclaré :  » J’ai bien réfléchi et je vais voter pour Trump. Je propose d’ailleurs qu’on en profite pour interdire aux musulmans et personnes hispaniques de participer aux Emmys. Maman, papa, désolé, mais on va vous escorter vers la sortie, merci. America Ferrera (Ugly Betty, ndlr), toi aussi, tu sors, comme si tu pouvais nous avoir en changeant ton prénom par ‘America ».

2. Leslie Jones se venge de ses détracteurs

L’actrice de la nouvelle version de S.O.S Fantômes, en a gros sur le cœur. Il faut dire que depuis plusieurs mois, elle est victime de harcèlement et d’humiliation sur les réseaux sociaux. Critiques racistes, blagues douteuses et pour finir des photos de nu dévoilées sur Internet.  Leslie Jones a tenu à se payer la tête de ses trolls (les détracteurs), aux côtés des hommesresponsables de la sécurité des résultats des Emmys.  » Vous ne pourriez pas protéger un truc plus important, comme mon compte Twitter ?? Je me suis retrouvée toute nue sur CNN. Je voulais juste me sentir belle ».

3. Le trio de « Stranger Things » attendrit le tapis rouge

Gaten Matarazzo, Caleb McLaughlin et Millie Bobby Brown, les enfants de Stranger Things ont fait sensation sur le tapis rouge. Applaudi aux quatre coins de la planète, les jeunes héros de la série Netflix ont réussi avec brio leur première cérémonie des Emmy Awards. Nœuds papillons pour Gaten Matarazzo et Caleb McLaughlin, tandis que Millie Bobby Brown a opté pour une robe toute en fleurs. Les trois enfants ont fait aussi une apparition sur scène en distribuant des sandwichs « peanut butter et jelly » en vélos. Il y a quelques semaines, le trio avait participé à l’émission de Jimmy Kimmel pour une séance de jeux très animée.

4. Le record de « Game of Thrones »

Avec ses trois prix remportés pendant la soirée, la série de HBO totalise 38 Emmys depuis son arrivée sur le petit écran. C’est donc un nouveau record au royaume de Westeros, puisque GoT devient la série la plus décorée de l’histoire des Emmy Awards. Auparavant, c’était la série Frasierqui détenait le plus de prix dans l’histoire de la cérémonie. Alors oui, les performances de Jon Snow (Kit Harrington), Sansa Stark (Sophie Turner) et Cersei Lannister (Lena Headey) n’ont pas été sacrées, qu’importe, c’est bienGame of Thrones qui règne sur la 68e édition des Emmy Awards.

5. Le sacre de « American Crime Story : The People vs O.J. Simpson »

L’affaire O.J Simpson fascine toujours autant l’Amérique, 22 ans après le scandale. American Crime Story : The People vs O.J. Simpson replonge les téléspectateurs dans la bataille juridique entre les avocats du sportif, accusé d’un double homicide et la procureure Macia Clark (jouée par Sarah Paulson). L’actrice a d’ailleurs enfin reçu le prix d’interprétation, après avoir été nommée pendant 5 ans. Une belle victoire saluée sur les réseaux sociaux. Au total, la série de 10 épisodes a remporté 5 prix ! Elle était la série la plus nommée de cette année.

6. L’émotion de Rami Malek de « Mr. Robot »

En incarnant le hacker dépressif de la série Mr. Robot, Rami Malek a fait décoller sa carrière. Avec son visage anguleux et ses yeux bleus, il a su marquer le petit écran et surtout l’histoire des séries avec sa prestation. Mr. Robot est l’une des séries phénomènes de 2015-2016 en mettant à l’honneur un groupe de pirates informatiques qui tentent de sauver la société rongée par la corruption politique. Pour sa première nomination et son premier prix, Rami Malek a d’ailleurs rendu hommage à son personnage d’Elliot Alderson, sujet à de nombreuses hallucinations. « S’il vous plaît, dites-moi que vous voyez ça vous aussi », a commencé l’acteur avant de remercier l’Académie.