Il est désormais possible de défier ses contacts à une quinzaine de titres dans la messagerie de Facebook.

Quelques semaines après avoir lancé Gameroom, une plateforme dédiée aux jeux sociaux sur ordinateurs de bureau, Facebook mise sur les mini-jeux pour retenir un peu plus l’attention de ses membres sur Messenger. Le réseau social fondé par Mark Zuckerberg a lancé une nouvelle fonctionnalité permettant de jouer directement depuis la messagerie instantanée au milliard d’utilisateurs.

Baptisée « Instant Game », l’interface est disponible depuis mardi 29 novembre dans une trentaine de pays avec une quinzaine de titres jouables dès à présent. On retrouve parmi eux les classiques « Pac-Man », « Space Invader » et des créations plus récentes comme « Words with Friends » ou « Shuffle Cat Mini ». La fonctionnalité est disponible sur mobile et sur le web.

Des jeux optimisés pour Messenger

Après avoir attiré les amateurs de jeux sociaux, avec des titres de Zynga hyperpopulaires comme Farmville ou MafiaWars, Facebook vise cette fois en priorité les joueurs sur smartphones. De la même manière que l’on envoie un emoji dans une discussion Messenger, une icône de manette de console donne la possibilité de défier un contact.

7786044046_17-titres-sont-pour-l-instant-disponibles-sur-instant-games

Le score réalisé s’affichant instantanément au sein de la discussion une fois la partie terminée. À l’instar des « Instant articles », les jeux sont hébergés directement sur Facebook et sont optimisés pour être accessibles plus rapidement, sans avoir à télécharger ou installer une application préalablement.

Posted by Messenger on Monday, 28 November 2016

Des filtres anti-spam à venir

Leo Olebe, en charge chez Facebook des partenariats mondiaux dans les jeux, s’attend « à ce que les gens interagissent avec Instant Games à travers Messenger, surtout au début ». L’objectif affiché dans l’immédiat est d’augmenter l’engagement des utilisateurs avec les services du groupe, et pas encore de rapporter de l’argent. « On est encore au début de la procédure, la monétisation viendra plus tard », a-t-il indiqué à l’AFP.

Il promet par ailleurs des « contrôles » aux utilisateurs craignant d’être envahis par les invitations de leurs amis, même s’il assure que « les jeux ne sont pas conçus pour récompenser les gens de convaincre un nombre croissant de personnes à jouer ».