L’acteur récompensé par un Golden Globe pour sa prestation dans « The Disaster Artist » a été vertement critiqué sur les réseaux sociaux. Son pin’s « Time’s up » semble avoir rouvert de vieilles blessures.

« Il y avait des trucs sur Twitter. Je ne les ai pas lus, on m’a raconté. » C’est ainsi que commence la mise au point de James Franco après que des internautes ont accusé l’acteur d’hypocrisie et de harcèlement après les Golden Globes.

« Je n’ai aucune idée de ce que j’ai pu faire à Ally Sheedy, expliquait-il sur le plateau du Late Show de Stephen Colbert. Je l’ai dirigée pour une pièce de Broadway et je n’ai eu que de bons moments avec elle. J’ai un grand respect pour elle. Je ne sais pas pourquoi elle était énervée, tout ce que je sais c’est qu’elle a retiré son tweet ».

Dans un tweet pendant la cérémonie, la comédienne a en effet écrit : « James Franco vient de gagner. Ne me demandez plus pourquoi j’ai quitté l’industrie du cinéma et de la télévision ». Un message cryptique et chargé en sous-entendus, désormais supprimé.

Lors des Golden Globes où l’acteur a reçu le prix du Meilleur acteur dans une comédie, l’acteur était apparu avec un pin’s « Time’s up » (« L’heure est venue »), cri de ralliement des femmes et des hommes victimes de harcèlement ou d’agression qui veulent retrouver la parole et leur dignité. Pour certains, le pin’s et James Franco n’allaient pas ensemble.

Échanges avec une adolescente de 17 ans
Soutien honnête de la cause ou hypocrite en pleine récupération ? Le débat s’est lancé par média interposé. D’un côté, les internautes qui racontaient leur histoire comme Violet Paley.

« Mignon ton pin’s Time’s Up, James Franco, écrit-elle. Tu te souviens quand tu as baissé ma tête vers ton pénis dans une voiture et que tu as demandé à l’une de mes amies de venir dans ton hôtel quand elle avait 17 ans ? Alors que tu avais déjà été attrapé en train de faire la même chose à une autre fille de 17 ans ? »

« Pour les autres, écoutez, j’ai la fierté de penser que je prends mes responsabilités dans la vie, expliquait à ce propos James Franco toujours sur le plateau de Stephen Colbert. J’ai besoin de faire ça pour mon bien-être. (…) Ce qui est sur Twitter n’est pas factuel. Mais je soutiens celles et ceux qui prennent la parole parce qu’il n’avaient pas la parole pendant si longtemps. Je ne veux pas les faire taire, c’est une bonne chose que je soutiens. »