Kesha a interprété dimanche sa chanson « Praying » dans laquelle elle l’accuse un producteur de l’avoir violée.

À ceux qui dénonçaient l’apathie de l’industrie musicale face au mouvement #MeToo, les chanteuses Janelle Monae et Kesha, auteure d’une chanson accusant un producteur, ont riposté par un puissant démenti dimanche aux Grammys.

« C’est fini ». « A ceux qui voudraient essayer de nous faire taire, nous offrons deux mots : ‘c’est fini’, a déclaré Janelle Monae, en présentant une prestation de la chanteuse Kesha qui a interprété sa chanson Praying : la chanteuse, qui y évoque sa propre bataille contre un producteur qu’elle accuse de l’avoir violée, a déclenché un tonnerre d’applaudissements et même des larmes du public.

« Travaillons ensemble ». « Cela ne se passe pas qu’à Hollywood ou à Washington », a ajouté Monae. « C’est aussi dans notre industrie. Nous avons le pouvoir d’influencer la culture, mais nous avons aussi le pouvoir de défaire une culture si elle ne nous sert pas. » « Alors travaillons ensemble, femmes et hommes, en tant qu’industrie unifiée, déterminée pour arriver à des ambiances au travail plus sûres, l’égalité de salaires et un accès pour toutes les femmes », a-t-elle conclu.

Un producteur accusé mais qui nie. Kesha n’a remporté aucun Grammy dimanche, même si son album Rainbow, sur lequel figure Praying, avait été nommé pour le trophée de Meilleur album pop vocal, décerné au Britannique Ed Sheeran. Rainbow était sorti peu avant les premières révélations d’agressions sexuelles contre le producteur de cinéma Harvey Weinstein et les débuts du mouvement #Metoo. Le producteur qu’elle accuse, Dr. Luke, a toujours démenti les allégations portées contre lui. Dans le refrain de Praying, Kesha lui déclare notamment : « Tu m’as fait vivre l’enfer/J’ai dû apprendre à me battre pour moi-même/Nous savions tous les deux toute la vérité que je pouvais dire ». « Tu as failli m’avoir/Tu m’as dit que je n’étais rien sans toi/mais après tout ce que tu as fait, je peux te remercier de m’avoir rendue si forte ».

Roses blanches. Les déclarations de Janelle Monae et la chanson de Kesha ont été le temps fort du mouvement anti-harcèlement de cette cérémonie des Grammys. De Lady Gaga à Cindy Lauper en passant par Sting ou Khalid, de nombreux invités et le présentateur de la cérémonie arboraient aussi des roses blanches, en signe de solidarité avec le mouvement anti-harcèlement et pour l’égalité hommes-femmes.