Il y a quelque chose d’étrange dans la manière dont les professionnels des victoires de la musique voient les musiques urbaines, en témoigne la sélection des albums des musiques urbaines qui ne fait pas l’unanimité.

Orelsan est nommé dans trois catégories des 33ème Victoires de la musique, devant le rappeur Soprano et la chanteuse Louane. La cérémonie sera diffusée en direct sur France 2 et France Inter vendredi 9 février et sera rythmée par des hommages aux disparus récents, Johnny Hallyday et France Gall en tête, ont annoncé mardi 9 janvier les organisateurs lors d’une conférence de presse à Paris.

Au vu de la liste des nommés, le grand vainqueur de la cérémonie pourrait cette année être Orelsan. L’auteur de La fête est finie concourt pour le prix de l’artiste masculin, celui de l’album de musiques urbaines et de la création audiovisuelle pour le clip de son morceau Basique.

Justement à propos des musiques urbaines, voici à quoi ressemble le paysage hip hop de la France selon le comité des Victoires

IMG_5368.JPG

Les internautes n’ont pas tardé à réagir. Où sont les Damso, Vald, Jul, Dadju, Booba ou encore Kalash pour ne citer que ceux là ? Tous ces artistes urbains ont sorti un album l’an dernier qui a été certifié soit disque d’or, soit disque de platine. Donc ce n’est pas une question de ventes…Le rappeur Dosseh s’interroge sur twitter.

On ne peut s’empêcher de constater que la sélection des artistes pour cette catégorie n’est pas représentative de l’état actuel de la musique urbaine en France, ni de la consommation de la musique en général. En 2018 il y a un énorme fossé entre la population et ce que reflète la télévision française. Trop Asiatique, trop noir, trop arabe, trop différents…trop c’est trop !