Damso est une nouvelle fois la cible des féministes qui, dans une lettre ouverte, menacent de porter plainte. Agacé par cette nouvelle vague de critiques, le rappeur belge a réagi sur les réseaux sociaux.

Malgré les critiques et la polémique, l’Union belge de football vient de confirmer le choix de Damso pour composer et chanter la prochaine chanson officielle de la Belgique pour la Coupe du monde en Russie au mois de juin prochain. « Nous ne tenons pas à être pris en otage et réaffirmons une nouvelle fois notre choix », précise l’URBSFA dans un communiqué, avant d’annoncer qu’une chanson avec « un message ô combien rassembleur » leur a déjà été présentée par le rappeur.

LE CONSEIL DES FEMMES DÉCLARE LA GUERRE À L’UNION BELGE

Une annonce qui a une nouvelle fois fait beaucoup réagir les détracteurs de Damso, toujours plus nombreux à contester sa légitimité à écrire une chanson pour la Belgique, car jugeant ses paroles sexistes. C’est d’ailleurs le cas du Conseil des femmes de Belgique qui vient de publier une lettre ouverte (ici) adressée aux sponsors des Diables Rouges (surnom de l’Équipe de Belgique) pour dénoncer des paroles « aussi crues qu’injurieuses » qui expriment « haine, sévices et violences envers les femmes à un degré qui est franchement stupéfiant », avant d’ajouter que « la promotion de Damso comme porte-étendard donne son aval au sexisme dont il est le champion ».

DAMSO RÉAGIT A LA NOUVELLE POLÉMIQUE

Et tandis que le Conseil des femmes menace de porter plainte, un signataire se questionne même : « La Coupe du monde de football est un événement fortement médiatisé, qui fascine autant les hommes que les femmes et les enfants. Il est inacceptable qu’une personne comme Damso, connu pour son langage grossier et sexiste, soit le porte-drapeau de notre pays. Que dit ce choix de notre société ? Que nous ne voyons pas de problème à diffuser des propos haineux envers la moitié de l’humanité ? ». Face à ces nouvelles accusations, Damso a une nouvelle fois décidé de réagir sur les réseaux sociaux. En légende d’une capture d’écran d’un site d’information relayant la lettre du Conseil des femmes de Belgique, il écrit : « S’ils utilisaient toutes les ressources médiatiques pour promouvoir plusieurs artistes belges plutôt que d’en critiquer un seul, la Belgique ne serait plus la même ».