Dans leur album en commun « Everything Is Love », Jay Z et Beyoncé se font plaisir. La diva et le rappeur règlent, en effet, leurs comptes avec leurs ennemis : des institutions américaines aux rappeurs américains. Aiouch, ça fait mal !

Grosse surprise le week-end dernier. Beyoncé et Jay Z ont dévoilé un album en commun intitulé Everything Is Love. Dans la foulée, la diva et son rappeur ont publié le clip de leur premier single, APESH*T – THE CARTERS. Un clip tourné dans le plus grand des secrets au musée du Louvre, à Paris, les 31 mai et 1er juin derniers entre 22h30 et 6h30. Avec ce premier extrait, Jay Z règle ses comptes avec de grandes institutions américaines telles que le Superbowl ou encore la National Academy of Recording Arts and Sciences qui décerne les fameux Grammy Awards. Le ton est donné ! Ainsi, dans le reste de l’album, Beyoncé et Jay Z ne manquent pas non plus de clasher leurs pires ennemis (ou meilleurs ennemis, selon les points de vue).

Tout d’abord, avec le morceau FRIENDS dans lequel Jay Z revient sur son embrouille avec son acolyte d’autrefois, à savoir Kanye West. Les deux rappeurs étaient effectivement si proches qu’ils étaient partis en tournée ensemble avec le Watch The Throne Tour en 2011. Mais à la suite de cette collaboration, l’amitié entre les deux hommes s’est peu à peu dégradée et ils s’envoient désormais des piques via médias interposés. Aujourd’hui, Jay Z rappelle donc à Kanye West les raisons pour lesquelles il ne s’est pas présenté à son mariage avec Kim Kardashian en 2015 : « I ain’t goin’ to nobody nothin’ when me and my wife beefin’ / I don’t care if the house is on fire, I’m dyin’, n*gga, I ain’t leavin’ (…) If y’all don’t understand that we ain’t mean to be friends ». En français, ça donne : « Je ne vais nul part quand ma femme et moi sommes en pleine embrouille [avec toi], peu m’importe si la maison est en feu, je meurs, négro, je ne partirai pas / Si vous ne comprenez pas que nous ne sommes pas faits pour être amis ».

Ensuite, dans le morceau BOSS, Jay Z fait cette fois-ci référence à Drake, et ce, pour diverses raisons : son contrat le liant encore à Lil Wayne, leur différend concernant le contrat de Drizzy avec Apple Music et son refus de collaborer avec TIDAL ou encore les paroles de la chanson Summer Sixteen sortie en 2016. Jay Z tacle Drake en s’en prenant à ses biens : « Hundred million crib, three million watch, all facts / You not a boss, you got a boss » (« Une baraque à 100 millions, une montre à trois millions, que des chiffres / Tu n’es pas un patron, tu as un patron »). Il lui reproche ensuite : « Niggas, rather work for the man than work with me » (« Tu préfères travailler avec le mec plutôt que travailler avec moi »). Le rappeur termine d’enfoncer le chanteur canadien avec la phrase : « Just so they can pretend they on my level » (« Et ils font semblant d’être à mon niveau »). Voilà qui est dit. Pour rappel : la tournée ON THE RUN 2 de Beyoncé et Jay Z passera par le Stade de France les 14 et 15 juillet prochains et le 17 juillet à Nice.