Accusé à plusieurs reprises d’abus sexuels, le chanteur américain a publié lundi un morceau dans lequel il affirme avoir été victime d’attouchements jusqu’à ses 14 ans.

Le chanteur américain R. Kelly, accusé d’abus sexuels, s’est défendu lundi en publiant un morceau de 19 minutes, dans lequel il révèle notamment avoir été victime d’attouchements lors de son enfance.

Des associations réclament des enquêtes judiciaires. Dans ce morceau, intitulé « I Admit » (« Je reconnais »), le chanteur de Chicago répond aux accusations à son encontre. Plusieurs associations, comme le mouvement de soutien aux victimes d’abus sexuels Time’s Up, ont réclamé que des enquêtes judiciaires soient menées à la suite des différentes révélations concernant Robert Sylvester Kelly, de son vrai nom.

L’interprète de « I Believe I Can Fly » avait été inculpé pour pornographie sur mineurs en 2002, mais finalement acquitté en 2008. Une enquête du site d’informations Buzzfeed l’accusait en 2017 d’avoir des quasi-esclaves sexuelles à ses domiciles de Chicago et Atlanta, même si ces allégations, démenties par le chanteur, n’ont débouché sur aucune inculpation.

« Mon nom a été traîné dans la boue ». « Je n’aurais jamais cru qu’on en arriverait là, que je devienne un artiste aussi détesté », se défend R. Kelly dans son nouveau morceau lundi. Il explique notamment avoir subi des attouchements de la part d’un membre de sa famille jusqu’à l’âge de 14 ans. « J’avais tellement peur de dire quelque chose », chante-t-il.

Concernant les accusations dont il fait l’objet, il reconnaît avoir eu des rapports sexuels avec des femmes plus âgées comme plus jeunes, mais ajoute: « Vraiment, je suis censé être emprisonné ou perdre ma carrière à cause de vos opinions ? » « Je ne suis pas inculpé, pas arrêté, mon nom a été traîné dans la boue », conclut-il.