La victoire historique de Naomi Osaka à l’US Open propulse la joueuse de tennis au rang de star mondiale.

C’est la première fois qu’une Japonaise gagne un tournoi du Grand Chelem. Les médias nippons saluent d’autant plus son exploit qu’il a été accompli contre une légende, Serena Williams. La presse évoque la relation complexe que cette métisse d’origine nippo-haïtienne, qui a grandi aux Etats-Unis, a tissée avec l’archipel.

À 20 ans seulement, Naomi Osaka a remporté, ce samedi 8 septembre, la victoire de la finale dames de l’US Open à New York. Elle a ainsi battu l’une des meilleures joueuses du monde, Serena Williams. Bien que ce dernier match ait laissé un arrière-goût désagréable à cause de la polémique sur l’arbitrage soulevée par Williams, Osaka l’a remporté en deux sets (6-2, 6-4).

Naomi Osaka Serena Williams

Née au Japon en 1997 de mère japonaise et de père américain d’origine haïtienne, Naomi Osaka a émigré aux États-Unis quand elle avait 3 ans. Au tennis, elle est devenue professionnelle en 2013, à l’âge de 15 ans.

Bien qu’elle conserve la double nationalité – ce qui est possible jusqu’à l’âge de 22 ans seulement selon la loi –, elle joue au tennis en tant que Japonaise. D’ici un an, Naomi Osaka devra néanmoins choisir entre ses nationalités japonaise et américaine. Le Japon ne reconnaît pas la double nationalité. Pourtant, l’archipel s’ouvre au métissage jusqu’à se donner une Miss Japon aussi noire que Naomi.