Le chanteur Charles Aznavour s’est éteint lundi 1er octobre, à son domicile des Alpilles, dans le sud-est de la France où il aimait tant se reposer.

Charles Aznavour aura-t-il droit à un hommage national ? C’est la question qui se pose ce mardi 2 octobre, un peu plus de 24 heures après la mort de l’artiste. Dans un premier temps, plusieurs personnalités comme François Hollande ou encore Claude Chirac, et même des parlementaires s’étaient prononcés en faveur d’un hommage national.Mais selon nos informations, la famille de Charles Aznavour serait opposée à la tenue d’un tel événement.

Charles Aznavour rêvait de chanter jusqu’à cent ans la vie, l’amour, la nostalgie, le temps qui passe. Mais le dernier des géants de la chanson française et son inlassable ambassadeur à travers le monde, est décédé lundi 1er octobre à l’âge de 94 ans.

« Je ne suis pas vieux, je suis âgé. Ce n’est pas pareil », se plaisait-il à nuancer auprès de l’AFP. Une façon espiègle de défier le poids des années pour celui dont le couronnement artistique est venu tardivement, à 36 ans, le 12 décembre 1960 à l’Alhambra.

Inépuisable, le chanteur aux plus de 70 ans de carrière avait repris la scène en septembre avec deux concerts au Japon. Et, apparu plein d’entrain dans les Grosses Têtes le 26 septembre dernier, il s’apprêtait à repartir en tournée française cet automne.

Ces derniers mois pourtant, il avait dû annuler quelques représentations. D’abord en avril à Saint-Pétersbourg, victime d’un tour de reins. Puis en mai, en raison d’une fracture de l’humérus gauche, après une chute. Des pépins qui le ramenaient à sa condition de mortel.