VIDÉO – Le rappeur estime que la rixe à Orly est « un fait divers » comme un autre, et regrette que l’on ait pas « autant de détails » sur l’affaire Adama Traoré.

Booba faisait son grand retour sur scène samedi 13 octobre à Paris La Défense Arena, devant des milliers de fans ravis de revoir leur idole, passé par la case prison après s’être battu avec un autre rappeur, Kaaris, à l’aéroport d’Orly le 1er août dernier. Une rixe violente dont les suites ont été particulièrement commentées et suivies tout cet été.

Une surmédiatisation abordée par un autre rappeur, Disiz la Peste, invité sur le plateau d »On n’est pas couché samedi 14 octobre. Venu présenter son nouvel album Disizilla, l’auteur de J’pète les plombs a estimé que cette bagarre était « un fait divers qui aurait pu être dans Le Parisien ».

« Je préférerais avoir autant de détails sur l’affaire d’Adama Traoré ou de Zyed et Bouna », a expliqué l’Amiénois. L’artiste fait référence à la mort d’Adama Traoré, 24 ans, survenue le 19 juillet 2016 à la suite de son interpellation. Depuis, ses proches réclament la vérité et contestent les conclusions d’une expertise dédouanant les gendarmes.

Zyed et Bouna sont les prénoms des deux jeunes garçons (17 et 15 ans), morts électrocutés dans un transformateur électrique où il s’étaient réfugiés pour échapper à un contrôle de police, le 27 octobre 2005 à Clichy-sous-Bois.

« Là on a tout su sur Booba et Kaaris : ce qu’il s’est passé, quelles étaient les plaidoiries, les réquisitions… Moi j’aimerais avoir autant d’informations sur l’affaire d’Adama Traoré mais bon apparemment ça intéresse moins », a regretté Disiz la Peste sur le plateau de Laurent Ruquier.