La musique reggae de Jamaïque a été inscrite ce jeudi 29 novembre sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité par un comité spécialisé de l’Unesco réuni à Port-Louis, capitale de l’Ile Maurice.

L’Unesco a souligné «la contribution» de cette musique à la prise de conscience internationale «sur les questions d’injustice, de résistance, d’amour et d’humanité». Yah Man. Le reggae rejoint ainsi une liste de quelque 400 traditions culturelles allant de la pizza napolitaine au zaouli, musique et danse des communautés gouro de Côte d’Ivoire.

Parmi les nouveaux venus dans ce Patrimoine culturel immatériel, inscrits ces derniers jours à la liste officielle, on trouve des « éléments » aussi divers que les fêtes des Parrandas, à Cuba, une chanson populaire (« međimurska popevka ») croate, les bains médicinaux « Lum de la Sowa Rigpa », en Chine, des marionnettes traditionnelles égyptiennes, trois rites de passage masculins de la communauté masaï au Kenya…

En 1968 la chanson Do the Reggay, de Toots and the Maytals, a été la première a utiliser le nom de reggae, qui a connu un grand succès mondial grâce à des classiques de Bob Marley et son groupe, The Wailers, comme No Woman, No Cry et Stir It up.